… en un coup d'oeil

Partenaire(s) ICHEC-Entreprises
Toutes les formations ICHEC proposées par le LLLC
Durée 5 modules de 3 jours (16 heures), 1 module par mois
Prochaine formation 2017
Horaires mardi après-midi
mercredi
jeudi matin
Lieu Luxembourg
Méthode d’évaluation Soutenance de mémoire pour obtention du diplôme
Certification

Certificat en Risk Management (uniquement participation)

Diplôme d'études spécialisées (DES) en Risk Management
(participation et soutenance mémoire)

Conditions préalables Diplôme universitaire de type court (BAC+2) ou long
Admission sur base de la fiche d'inscription et du CV
Frais d’inscription
  • Participation aux cours : 3.500 €
  • Frais de jury pour la soutenance du mémoire : 400 €

Objectifs de la formation

Contexte

Le risque constitue un facteur inhérent aux activités du secteur financier. Les institutions financières sont confrontées à un besoin croissant de mieux structurer la maîtrise de leurs risques. Une nouvelle approche de la gestion des risques permettra à l’entreprise de mesurer et de gérer le risque opérationnel en conformité avec les pratiques recommandées, tout en atténuant les risques dans tous les domaines de l’entreprise afin d’optimiser son indispensable « capital confiance » et à sa réputation.

Objectifs

La formation « Risk Management » a pour but de fournir aux participants, en appui de la bonne gouvernance d’entreprise, une approche globale de la gestion des risques liés aux métiers de la finance ainsi qu’une méthodologie performante de la maîtrise des risques opérationnels.

Au terme de la formation, les participants seront en mesure de :
  • concevoir un dispositif adéquat de la gestion des risques opérationnels
  • contribuer à une meilleure allocation du capital économique de votre entreprise par une meilleure connaissance des risques
  • développer de nouvelles méthodes de pilotage et une meilleure communication des risques
  • aider votre entreprise à répondre favorablement aux exigences du régulateur, tout en contribuant à la performance et à la rentabilité des opérations
  • organiser la fonction de risk management au sein de votre entreprise.

Public cible & Conditions d'entrée

Public cible

Cette formation en «Risk management» s’adresse :

  • aux cadres et dirigeants des entreprises du secteur financier et de l’assurance souhaitant se familiariser avec les techniques de la maîtrise des risques
  • aux personnes impliquées dans le développmenent du dispositif de la gestion des risques ou directement intéressées par son bon fonctionnement
  • aux personnes en charge de l’accompagnement interne du management dans le domaine de la gestion des risques
  • aux personnes en charge de l’évaluation du dispositif de la gestion des risques.

Programme & Organisation

approche pédagogique

Le mode d’enseignement met l’accent sur le savoir-être autant que sur le savoir-faire. Il vise à développer grâce à l’approche transversale et au dispositif de l’alternance, les savoirs et une plus grande autonomie indispensables à leur exercice professionnelle.

Cette formation combine apport théorique et exercices pratiques de groupe, jeux de rôle avec l’étude de cas concrets.

déroulement des formations

La formation a une durée d'environ 80 heures, réparties sur les mardis (après-midi), les mercredis (toute la journée) et les jeudis (matin) à raison d'un bloc par mois.


Les horaires de formation :
mardi après-midi de 13h00-18h00
mercredi de 8h30-12h30 et 14h00-17h30
jeudi matin de 8h30-12h30

Coûts des études

Les droits d’inscription s’élèvent à 3.500 €. Les personnes présentant un travail de synthèse doivent s’acquitter d’une somme supplémentaire de 400 € pour couvrir les frais de jury.


Programme


Modules Intitulé du module Contenu
Module 1 : Contexte et approches de la gestion des risques a) Approches et techniques de la gestion des risques d’entreprise
  • Mise en œuvre du processus de la gestion des risques d’entreprises suivant le référentiel COSO;
  • Techniques de l’analyse et de l’évaluation (cartographie) des risques. La maîtrise des risques opérationnels et le contrôle interne
  • Les trois lignes de défense au service de la gouvernance et de l’assurance aux parties prenantes;
  • L’évaluation du dispositif de risk management et de contrôle interne ;

b) La gestion des risques opérationnels liés aux transactions financières
  • Parcours à travers les différentes dimensions de la gestion des risques opérationnels
  • Comment faire évoluer la gestion des risques opérationnels : améliorer, structurer ses actions d’amélioration
  • Quelles sont les bonnes pratiques mises en place dans le monde des transactions financières
  • Une approche qualitative, des pratiques simples et économiquement acceptables

c) La gestion quantitative des risques et les instruments financiers de couverture
(Ce chapitre fait partie du module 3 « Risques financiers »)
  • Approche volatiliste, VaR, OPVaR, crédimetrics
  • Analyse de scénarios
  • Outils de pilotage
  • Les équilibres bilantaires (ALM)
  • Mesures de rentabilité (RAROC,…) ; leur utilité pour la gestion des entreprises du secteur financier
Module 2 : Aspects organisationnels, humains et stratégiques de la fonction du « risk manager »
  • La fonction «risk manager dans un organisme financier» : quelles sont les implications de Bâle II / Solvency II?
  • La fonction «risk manager OPC»: approfondissement sur les restrictions d’investissement selon les produits financiers dans les OPC luxembourgeois;
  • Analyse de la mise en place d’un contrôle des risques financiers;
  • Changements nécessaires à cette nouvelle organisation :
    • la fonction «risk manager» : étude d’ensemble (évolution, salaire, description de poste…) ;
    • les systèmes d’information : analyse des aspects organisationnels ;
    • les outils de contrôle à mettre en place : reporting et quantification.
  • Communication du risque envers les stakeholders (interne / externe) ; le Rapport de la Direction;
  • Mise en situation : exercices de groupe et jeux de rôle avec l’étude de cas concrets.
Module 3 : Techniques de la gestion des risques opérationnels) a) Pratique des modèles de la gestion des risques opérationnels (ORM)
  • Présentation et évolution Bâle I, II et III avec focus Risque Opérationnel
  • Transposition des directives de Bâle en Directives UE et lois nationales
  • Principaux textes bâlois et européens encadrant le risque opérationnel: la Bible RiskOp
  • Focus sur les différents éléments de l'approche avancée (AMA)

b) Pratique des modèles de la gestion des risques opérationnels (ORM)
  • Approche standard, BIA et AMA, fonctionnement et avantages
  • La mise en œuvre des modèles
  • Le fonctionnement des modèles dans la pratique ; les aspects managériales
  • Impact sur le capital réglementaire (ICAAP, supervision), capital requis, capital cible

c) Gérer dans la complexité, reconnaître la systémique ; l’analyse causale; base du risk management
  • Découvrir les systémiques. Détecter et gérer les risques systémiques au sein de son organisation: comment identifier et gérer les interactions des multiples facteurs stratégiques, opérationnels et de projet, qui peuvent affecter le fonctionnement l’entreprise ?
  • Mise en œuvre de la cartographie (risques stratégiques et risques opérationnels - risques de projet non inclus) sur base de la modélisation en 3 volets de l’entreprise. Définition de KRI. Tableaux de bord. Jonction avec les définitions BII/SII : « Business Practice, Business Disruption, Execution/Delivery ». Notion de scénarios.
Module 4 : Risques financiers et aspects financiers des risques a) Les risques liés aux états financiers
  • Enterprise Risk Management (ERM) Vs KPI’s plan stratégique & relations investisseurs;
  • Les risques liés aux plans d’affaires et aux états financiers;
  • Les risques de bilan et hors bilan, la communication financière;
  • Les nouveaux contextes de Bâle II (secteur financier) et Solvency II, de Sarbanes-Oxley (contrôle interne) et des normes comptables IFRS et local GAAP.
  • Evaluation et gestion des risques pour les activités prestées au secteur financier Luxembourgeois – PSF de support (Rapport d’Analyse de Risques et Rapport Descriptif)

b) Le risque crédit et l’insolvabilité clients
  • Le risque de contrepartie & le risque crédit;
  • Les déterminants des principales contreparties: pays, banques, assurances, entreprises & ménages;
  • Les techniques de risk management (titrisation, CDS, etc);
  • Les risques liés au financement des entreprises; principaux modes de financement ; principales sûretés & covenants;
  • Lecture de bilans et de résultats: création de valeur & risques.

c) Eléments de la gouvernance d’entreprise et de la création de valeur
  • Modèles d’identification et d’évaluation des risques;
  • Reporting de la gestion des risques et du contrôle interne;
  • Les leviers de la gestion de la qualité et de la création de valeur.

d) Contexte économique et cadre réglementaire de la gestion des risques opérationnels
(ce chapitre fait partie du module 1)
    Cadre réglementaire (local et européen) et surveillance prudentielle
  • Actions de maîtrise des risques opérationnels
  • Coordination des métiers de la maîtrise des risques
  • Gestion et suivi des incidents
Module 5 : Risques à caractère humain et risques de conformité a) La maîtrise du risque de discontinuité
  • Définir les objectifs en terme de continuité
  • Identifier et évaluer les différentes causes (informatiques et autres) de la discontinuité et leur impact (BIA : Business Impact Analysis)
  • Définir le rôle de chacun dans un exercice de continuité ;
  • Etablir et tester le plan de la continuité d’entreprise

b) Le risque de fraude
  • La fraude informatique et la malveillance ; les moyens de détection et de prévention.
  • La protection du patrimoine industriel et commercial.
c) Les risques liés aux ressources humaines
  • Risques et opportunités liés aux ressources humaines;
  • Application à la maîtrise des risques opérationnels tels que définis par BII/SII : « Fraude Interne, Employment Practices and Workplace Safety ».

d) La gestion des risques de Compliance
  • Cadre réglementaire
  • Rôles, missions et responsabilités de la fonction Compliance
  • Identification et gestion des risques Compliance

*programme non contractuel et susceptible de modifications

Conditions générales

Article 1 – Inscription à la formation

Le candidat doit se préinscrire, en vue de recevoir un dossier de candidature, à compléter et à déposer.

La fiche de préinscription est disponible sur le site suivant :
https://www.lllc.lu, ou à l’adresse suivante :

Chambre des salariés / Luxembourg Lifelong Learning Center
13 rue de Bragance • L-1255 Luxembourg
T +352 27 494 600 • F +352 27 494 650
formation@LLLC.lu • www.LLLC.lu

Elle est à renvoyer à cette même adresse dans les délais indiqués sur la fiche de préinscription, par courrier, fax, e-mail ou par porteur.

Le dossier de candidature est à déposer à cette même adresse avant la date indiquée sur la fiche de préinscription, accompagné de toutes les pièces requises.

Article 2 – Diplôme(s) requis

La formation est ouverte à tout candidat porteur d'un diplôme universitaire (de type court ou long) et expérience professionnelle significative dans le domaine visé ou dans le cadre d’une validation des acquis professionnels (VAP). La VAP est mise en oeuvre dans cette formation selon les dispositions réglementaires d'ICHEC-Entreprises.

Article 3 – Admission à la formation

Une commission constituée par les institutions organisatrices décidera de l’admission du candidat à la formation. La commission est souveraine dans ses décisions et se réserve le droit de ne pas donner suite à une candidature.

Le candidat reçoit un courrier l’informant de son admission ou de son refus.

En cas d’admission, une facture lui est également envoyée par courrier.

L’admission à la formation n’est effective qu’après réception du paiement des frais d’inscription par le LLLC.

Article 3 – Paiement des droits d’inscription

Le prix de la formation peut faire l’objet d’une modification.

Le candidat est tenu d’effectuer le paiement des droits d’inscription selon les instructions figurant sur la facture.

A défaut de paiement, le candidat est considéré comme non-inscrit, ce qui l’empêche de participer aux cours, examens et soutenances de mémoire. Il ne pourra se voir délivrer aucune attestation de participation ni aucune communication ni aucun résultat en lien avec cette formation. La Chambre des salariés engagera les poursuites judiciaires nécessaires au recouvrement des droits d’inscription, notamment par voie de saisie sur salaire et moyennant des dommages et intérêts.

Article 4 – Annulation de la formation

En cas d’annulation de la formation par le LLLC, notamment lorsque le nombre requis de candidats n’est pas atteint, les droits d’inscription versés seront remboursés.

Article 5 – Abandon de la formation

Un abandon de la formation par le candidat doit être signalé par écrit au secrétariat du LLLC dans les meilleurs délais.

Les droits d’inscription restant à payer dépendent de la date de notification de l’abandon :

Abandon plus de 7 jours ouvrables avant le début des cours : remboursement intégral.

Abandon moins de 7 jours ouvrables avant le début des cours : remboursement de 90%.

Abandon après le début des cours : la totalité des droits d’inscriptionreste à payer à la CSL.

Dans certains cas exceptionnels (maladie grave, accident du candidat…), le LLLC peut procéder à un remboursement. Les décisions prises en la matière par le LLLC sont sans appel et sans motivation

Article 6 – Intervenants et contenu

Le contenu des unités d’enseignement, une éventuelle liste des intervenants, ainsi que le programme figurant dans la brochure ou sur le site internet sont susceptibles de modifications jusqu’au début des cours.

Article 7 – Dates et lieux de la formation

La formation débutera au Luxembourg 2017.

Les dates et lieux de la formation seront communiqués par le LLLC une fois le paiement des droits d’inscription reçu.

Article 8 – Présence à la formation

La présence aux cours est obligatoire. Elle est documentée par la signature de fiches de présence distribuée par l’intervenant lors des cours.

Article 9 – Notifications de communications en cours de formation

Le candidat aura le droit de donner sa préférence quant à une communication par courrier papier ou courrier électronique des informations notifiées par le LLLC au cours de la formation.

Article 10 – Certification

Pour l’obtention du Diplôme d'Études Spécialisées (DES) « Risk Management », émis par ICHEC-Entreprises, le participant doit avoir suivi et validé tous les modules.

Il doit avoir présenté avec succès un mémoire.

Article 11 – Règlement des examens

Les épreuves d’admission au diplôme sont réglées par le règlement des examens d'ICHEC-Entreprises.

Article 12 – Copies d’examen

Les copies d’examen et de mémoires seront conservées par le LLLC pendant 3 ans.

Certification

Le diplôme est décerné aux participants qui suivent l'ensemble de la formation, composée de 5 modules, et qui présentent avec succès un travail de synthèse lié à la problématique étudiée. Toutes les matières abordées au cours des 5 modules peuvent faire l'objet du travail de synthèse.

Le candidat choisit librement un ou plusieurs thèmes qu'il applique au contexte spécifique d'une entreprise.
La remise et la présentation du travail devant un jury sont obligatoires pour l'obtention du diplôme « Risk management ».

Les participants qui ne souhaitent pas remettre de travail de synthèse se voient délivrer un certificat de participation.

Partenaires

Luxembourg lifelong learning centre offre cette formation en partenariat avec :

ICHEC – Entreprises

ICHEC – Entreprises

Centre spécialisé de l'ICHEC Brussels Management School, assure la formation continue en Management de cadres, dirigeants et jeunes diplômés (plus de 44.000 personnes en 32 ans) par des programmes post-universitaires de courte durée et des séminaires spécialisés, en journée et en soirée.

Conçues par des managers pour des managers, les formations proposées par ICHEC-Entreprises associent le sérieux et la qualité d'une grande Management School à l'expertise-terrain d'une équipe de 480 formateurs qui sont eux-mêmes des professionnels de l'entreprise.

La Chambre des salariés (CSL)

La Chambre des salariés (CSL)

Une structure indispensable pour défendre les intérêts des salariés

La Chambre des salariés (CSL) compte quelque 430.000 ressortissants, à savoir les salariés et retraités disposant d'un statut de droit privé, les agents des CFL, indépendamment de leur nationalité ou leur lieu de résidence. Elle joue un rôle de consultation et de réflexion dans la procédure législative du pays. Son avis est requis sur tous les projets de loi touchant ses ressortissants avant le vote définitif par la Chambre des députés.

Elle élabore des publications sur des dispositions légales en matière de droit du travail, de droit de la sécurité sociale, elle publie des prises de position et des avis sur des sujets économiques et sociaux et organise des conférences publiques en relation avec le monde du travail.

La CSL nomme les représentants des salariés et des retraités qui siègent au sein de la Caisse nationale de santé, de la Caisse nationale de l‘assurance pension, du Tribunal du travail et des juridictions de la sécurité sociale.

Elle propose des formations aux salariés et à leurs représentants dans son Centre de formation et de séminaires (CEFOS) à Remich qui dispose d’une structure multifonctionnelle pour l’organisation de réunions et de conférences.

La formation continue pour adultes est une activité principale de la CSL. Le Luxembourg Lifelong Learning Center (LLLC), la formation continue de la CSL, propose un grand panel de cours du soir, de séminaires, de formations universitaires, de formations spécialisées et de certifications professionnelles.